mardi 01 février 2011

René Naba : "Moubarak, le gauleiter de Gaza doit y finir ses jours, en exilé"

Le coup de poing sur la table

Journaliste-écrivain, éminent spécialiste du monde arabo-musulman, René Naba revient dans cet entretien accordé à OummaTV sur la situation en Egypte. Évoquant le rôle de l’armée dans la société égyptienne, René Naba analyse également les conséquences géopolitiques d’une véritable démocratie en Egypte, et explique pourquoi les Etats-Unis et Israël sont contre l’instauration de régimes démocratiques non seulement en Egypte, mais aussi dans tout le monde arabe.Les principaux points :   Le Monde arabe, par les soulèvements populaires dont il est le théâtre en Tunisie, en Egypte, en Jordanie, au Yémen et en Algérie, est entrain de restituer à Barack Obama le salut qu’il lui avait adressé, deux ans plus tôt, dans son discours du Caire du 4 juin 2009, dans une sorte de « retour à l’envoyeur » pour marquer sa déception d’un homme dont la politique a constitué un ravalement cosmétique de la stratégie hégémonique américaine.    Le soulèvement populaire égyptien, qui intervient en pleine phase de démembrement du Soudan alors que les Etats-Unis ont abdiqué face à Israël dans les négociations de paix israélo-palestiniennes, va replacer l’Egypte au centre politique du Monde arabe, dont elle s’est égarée en se portant à l’avant-garde du combat contre l’arc chiite, face à l’Iran.    Depuis le début de « la guerre contre le terrorisme », initiée par les Etats-Unis, en 2001, dans la foulée du raid taliban contre les symboles de l’hyper puissance américaine, les principaux vecteurs de la stratégie américaine dans la sphère arabo musulmane ont été décapités, le Commandant Massoud Chah( Afghanistan), le premier ministre sunnite Rafic Hariri (Liban), le premier ministre chiite Benazir Bhutto (Pakistan), leurs relais médiatiques, les journalistes libanais Gébrane Tuéni et Samir Kassir, de même que le président Zine el Abidine Ben Ali (Tunisie) destitué, et le président Hosni Moubarak (Egypte), caramélisé.    Des trois consultations électorales qui sont intervenues dans la sphère arabo africaine au cours du dernier trimestre 2010 - Egypte, Tunisie, Côte d’Ivoire- c’est l’ivoirien Laurent Gbagbo, finalement, pourtant fustigé par les pays occidentaux, qui s’en sort le mieux.    Les Etats-Unis disposent de conseillers militaires aux échelons des corps d’armée de l’armée égyptienne officiellement pour la mise en œuvre de la coopération militaire américano égyptienne, officieusement pour prévenir une réédition d’un attentat similaire à celui dont a été victime Anouar El Sadate, lors du défilé de la victoire, le 6 octobre 1981. Une rotation périodique des officiers intervient à partir du grade de colonel avec épuration des récalcitrants, au titre des mesures de sauvegarde. Ces dispositions sont prévues dans le cadre de l’assistance militaire américaine à l’Egypte, de l’ordre de 1,5 milliards de dollars par an, depuis le traité de paix égypto-israélien de 1979.    Hosni Moubarak, le gauleiter de Gaza, devrait finir sa vie en exil à Gaza, non parce que l’enclave constitue un rebut de l’humanité, mais pour partager la souffrance des gazaouis dont il est grandement responsable.En hommage au combat des peuples arabes pour la liberté, en Tunisie, en Egypte, au Yémen, en Jordanie, au Liban, en Palestine et partout ailleurs dans le monde arabe, en Algérie, en Arabie saoudite et au Maroc, www.renenaba.com soumet à l’attention de ses lecteurs le lien menant vers le site de Cheikh Imam : http://chaykh.imam.free.fr/ particulièrement cette chanson à la gloire du peuple égyptien. ’مصر يامه يا بهية’ : هو رايح وانت جاييه dont l’association avec le poète égyptien Ahmad Fouad Najm a constitué le tandem magique de la contestation arabe, pourfendeur des puissants et des plus puissants, les duettistes les plus corrosifs, les plus mobilisateurs de la jeunesse arabe de la seconde moitié du vingtième siècle.

commentaires

×